Chercheur d’opales

 »-. Ainsi, vous avez fait fortune ? -. Ça ne s’est pas fait en une nuit. Il m’a fallu des années. Des déceptions, des frustrations… J’en ai eu ma part. J’ai bourlingué de place en place, vivant dans les champs, faisant valoir mes droits. Je me rappelle mon séjour à Melbourne, nous étions là tout un lot, sachant que les uns deviendraient riches, et que les autres resteraient sur le carreau, mais lesquels ? L’espoir était en nous et nous pensions tous que nous serions les privilégiés.

Certains d’entre nous portaient leurs affaires dans une brouette, d’autres simplement sur leur dos… A travers les plaines, les forêts où les incendies flambaient. Cela nous faisait frissonner, car nous savions ce que signifiaient ces 🔥. Nous n’étions jamais sûrs que des bandits de la brousse ne nous attaqueraient pas, pour voler nos maigres possessions. J’ai fait ma première trouvaille, je l’ai mise à la banque, je n’allais pas dépenser mon argent avec des femmes. Ou boire. Je ne voulais pas de femmes achetées, je voulais être aimé, pas pour mes sous. Je ne voulais pas gaspiller ce qui avait été si durement gagné ! » Victoria Holt (L’orgueil du Paon)

3 réflexions sur “Chercheur d’opales

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s