Et puis le glas se mit à sonner

 »-. Sur les grosses cloches d’une église oubliée, muséifiée, puis dans une autre et une autre encore, puis dans cinq cents. La plupart de ces Églises avaient été rasées trois cents ans auparavant ! Comment leurs gigantesques cloches pouvaient-elles maintenant sonner le Vieux Glas Funèbre du Vieux Monde ? On n’avait pas entendu cette sonnerie sur le pays d’Astrobe de mémoire de vivant.

Mais cinq cents cloches sonnaient le glas, et les gens se souvenaient de leur nom : l’Archange Gabriel, au timbre plein et argenté, la Géante, l’Ogresse Blanche, le Roi Berger, Saint- Pierre, Roi de Bavière, Nain Jaune, Saint-Siméon, le Hollandais, l’Archevêque Turpin, la Rhénane, Daniel, Cloche Juive, Méphistophélès, la Vierge Noire, la Cloche Bateau, la Montagne, Saint-Hilaire. Des douzaines de timbres d’argent et de bronze en mouvement, toutes les gigantesques vieilles cloches renommées des églises (presque toutes disparues depuis longtemps) sonnaient le glas pesant. Et étaient reconnues à leurs timbres, et mémorisées par leurs noms vieux de deux cents ans. Et une autre encore, puissante et claire, la Cloche de Juillet. » R. A. Lafferty (Le maître du passé)

2 réflexions sur “Et puis le glas se mit à sonner

Répondre à Marie-Christine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s