Aux fous !

 »-. A l’asile parisien de Charenton, on confond folie et contestation, délire et originalité. Le marquis de Sade, dont les œuvres sulfureuses font si peur, y sera enfermé de 1803 jusqu’à sa mort, neuf ans plus tard. En 1825, Jean-Etienne Esquirol est nommé médecin-chef de l’établissement. Il apporte à Charenton cette grande idée, si novatrice, l’asile d’aliénés doit être un lieu de soins et non de coercition.

80x80cm « Asile de fous« 

Esquirol est pourtant confronté à des cas bouleversants. Un baron est persuadé que le préfet de police tient l’extrémité d’un fil de laiton qui aboutit à son nez et lui provoque des secousses électriques pour le faire éternuer. Un ancien haut fonctionnaire de la préfecture de police croît que le monde entier l’accuse d’actes infâmes, il pleure tout au long du jour et pense que, s’il se nourrit exclusivement de 🍞 et de légumes, la vérité éclatera. Un lieutenant de chasseurs à pied, certain d’avoir été tué à Solférino, réclame son inhumation et s’étonne que les vers ne l’aient pas encore dévoré… » Lorant Deutsch (Métronome 2)

2 réflexions sur “Aux fous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s