Peut-on rire de tout ?

 »-. En décembre 1917, des soldats défigurés publient un journal bimensuel, La Greffe Générale, sous le slogan Rire quand même. Dans le premier numéro, on trouve ce poème, en hommage à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce. –. Ce sont les blessés de la trogne. Du Val-de-Grâce, joyeux fous. Riant de leur sort sans vergogne, Ce sont les blessés de la trogne. Revenant du monde où l’on cogne, De leurs pansements tous jaloux...-

Comment ne pas voir dans ce bout rimé un écho au Cyrano de Bergerac et à ses Cadets de Gascogne imaginés par Edmond Rostand ? -. Ce sont les Cadets de Gascogne. De Carbon de Castel-Jaloux. Bretteurs et menteurs sans vergogne, Ce sont les Cadets de Gascogne ! Parlant blason, lambel, bastogne, Tous plus nobles que des filous, Ce sont les Cadets de Gascogne De Carbon de Castel-Jaloux. » Lorant Deutsch (Métronome 2)

3 réflexions sur “Peut-on rire de tout ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s