La nouvelle maîtresse d’école

 »-. Restait que l’école était sans maître. Et puis c’est venu tout seul, le 14 décembre 1914 pour être exact, par la malle qui arrivait de la ville et qui s’arrêta comme d’habitude en face de la quincaillerie. On vit descendre quatre marchands de bestiaux, rouges comme des mitres de cardinal, et qui se poussaient des coudes en riant de grands coups à force d’avoir trop arrosé leurs affaires.

Puis deux femmes, des veuves, qui avaient fait le déplacement à la ville pour y vendre leurs ouvrages au point de croix. Le père Berthier, un notaire retraité des paperasses, qui se rendait, une fois par semaine, dans une arrière-salle du Grand Café pour jouer au bridge. Il y eut aussi trois gamines qui étaient allées faire des emplettes pour le mariage de l’une d’elles. Et puis enfin, en tout dernier, alors qu’on croyait qu’il n’y avait plus personne, on vit descendre une jeune fille. Un vrai rayon de ☀️.’Philippe Claudel (Les âmes grises)

3 réflexions sur “La nouvelle maîtresse d’école

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s