Derrière le masque

 »-. Réfugiée dans la première loge de face, Jeanne contemplait la cohue multicolore, truffée de dominos noirs, qui s’enroulait autour des danseurs. Dans une immense cage couleur d’émeraude et d’or, elle vivait un rêve somptueux, comblé de personnages de mascarade.

Pour la vingtième fois de la soirée, elle toucha son masque. Il était en velours blanc, frangé à la vénitienne d’un volant de dentelle. Elle avait été folle de joie quand la Chaulieu était venue la prier au bal de l’Opéra de la part de sa maîtresse, et tout le romanesque de son âme s’était mis en branle quand la duègne avait annoncé : -. Mettez-vous assez simplement et sans trop de volume. Vous trouverez un domino et un loup dans la voiture, et le petit souper auquel Madame vous emmènera au sortir du bal sera fort intime-. Elle n’avait pas demandé chez qui l’on souperait, elle l’avait su d’emblée. La petite crainte, oh, légère, que lui causait l’entreprenant vieux maréchal ne faisait qu’ajouter à sa griserie de fête. Même en se sachant sage, ce n’est pas rien que d’être courtisée par un Duc et Pair de France, dont les plus grandes dames du Royaume proclament qu’il faut l’avoir eu pour avoir vécu sa carrière amoureuse sans rien manquer. » Fanny Deschamps (Le jardin du roi)

4 réflexions sur “Derrière le masque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s