Bons baisers de Rio

 »-. Je sortais très tôt le matin. La brume épaisse et tiède envahissait déjà les rues, laissant flotter cette odeur d’essence un peu douceâtre. Je me faisais conduire devant la demeure qu’avaient occupé, en arrivant à Rio, les Carouge. Je voulais voir ce mur haut de pierres noires qui entourait le Parc. Au-delà, on n’apercevait que la cime des 🌲, leurs fleurs exubérantes, jaunes et bleues, on entendait dans ce quartier résidentiel, aéré et frais, le piaillement des 🐦, qui semblait former une voûte mouvante entre la terre et le ciel.  J’ai visité cette demeure. Là, on se sent isolé et protégé de la rumeur grasse de la ville, de cette crasse qui suinte entre les buildings comme l’eau boueuse qu’on n’arrive pas à étancher, et qui coule, malodorante, d’un tuyau fendu.

50x70cm « Favella« , galerie La meilleure façon d’habiter

Mais ni Lucie ni Bernard de Carouge ne connaissaient ces 🏠 de tôle et de bois, de boue séchée et de carton, qui s’élèvent en une nuit sur des tas de détritus où grouillent les rats. Ils n’avaient jamais emprunté les passerelles de bambous qui franchissent les marécages, d’une 🏠 à l’autre, ni vu les pilotis grêles qui soutiennent ces masures ». Max Gallo (La Demeure des Puissants)

2 réflexions sur “Bons baisers de Rio

Répondre à Francine Hamelin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s