Les yeux du vent

 »-. Face à la mer, aveuglé souvent par le miroitement du ☀️ sur les 🌊 et les éclats de mica noyés dans les rochers de porphyre, j’ai lu les poèmes d’Emmanuel Chaves. Je croyais les connaître, alors que je découvrais seulement qu’ils exprimaient ce que je ressentais. Je m’approprie l’un d’eux. Chaves écrit : -. Je veux retenir le souffle et le courant et agripper le temps. Je veux, puissant et humble, dire avec ma vie tes yeux dans le vent-.

Clara, pour moi, aura toujours les yeux du vent. Elle s’avançait dans le hall de l’hôtel, passant de la pénombre à la lumière, disparaissant derrière une colonne. J’avais alors le sentiment qu’elle me dévisageait et me reconnaissait. Son regard, comme un grand souffle de tempête, faisait battre en moi une émotion qui me paraissait être un souvenir d’enfance. Car je n’avais plus rien éprouvé de semblable depuis les peurs et les joies puériles, quand la vie semble tout à coup se résumer à la volonté de savoir, ou de posséder, et à l’inquiétude de découvrir.’‘ Max Gallo ( La Demeure des Puissants)

3 réflexions sur “Les yeux du vent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s