La vie galante

 »-. Mon dieu, Monseigneur, un refus est-il une injure? Une femme de ce pays n’aurait-elle plus le droit de se garder si elle n’a pas envie de se donner ? La vertu serait-elle soudain défendue ?-. Au cours de sa vie galante dans ce milieu sans morale, le duc de Richelieu était passé sans gêne de la légèreté au vice, de la débauche courtoise à la plus basse crapulerie. Pour jouir d’une femme dont la chair le tentait, il n’avait pas hésité parfois à s’encanailler dans le mensonge et les plus odieuses machinations. Et, avec l’âge, son donjuanisme était devenu une maladie obsessionnelle.

Il voulait bien mettre un peu de ❤️ dans son affaire avec Jeanne, mais pas au point de lui éviter un déplaisir s’il devait lui déplaire pour se contenter. Quand il aurait pris cette mijaurée, il ferait sa fortune pour l’en consoler, et elle s’en trouverait à merveille, comme toutes les autres. -. Mignonne, c’est assez babillé de votre vertu. Votre vertu n’est pas si constante, et on sait que vous péchez sans vous retenir quand vous le voulez bien. Je ne vous demande que de quitter un péché pour un autre, et vous ne perdrez point au change.’Fanny Deschamps (Le jardin du roi)

2 réflexions sur “La vie galante

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s