La vaccination à la mode

 »-. Parmi les premiers, Aubriot s’était déclaré partisan de l’inoculation. En France, la chose n’allait pas de soi, l’Académie de médecine était contre, l’Église était contre, discuter avec les docteurs-régents et les théologiens n’ayant mené qu’à enliser la chose dans les mots. A Paris, Aubriot n’exerçait pas la médecine, il n’en fut pas moins très flatté quand Lauraguais lui proposa de venir égratigner ses hôtes au cours d’une nouvelle partie qu’il donnait. L’honneur n’était pas mince de se voir publiquement accorder la confiance de l’un des plus grands seigneurs du Royaume.

Tout de suite la soirée avait été teintée de galanterie. Plusieurs dames s’étaient inquiétées de la cicatrice que pouvait laisser l’opération, le médecin avait proposé de les inoculer à la cuisse plutôt qu’au bras. Les coquettes, aussitôt, ôtèrent un bas plutôt qu’une manche. Par bienséance, elles se masquaient le visage avant de passer dans le boudoir où officiait Aubriot. Pendant le souper qui suivit, ce fut pour le médecin un plaisant jeu que de mettre des visages sur les cuisses qu’on lui avait montrées. » Fanny Deschamps (Le jardin du roi)

40x40cm « La Belle que voilà« , galerie Femmes, Femmes, Femmes

3 réflexions sur “La vaccination à la mode

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s