Quand l’armée sarrasine attaque

 »-. Au bout d’un quart d’heure, le bruit monta du côté de la mer. Au début, ce fut comme un vent sifflant par une ouverture étroite, mais cela augmenta très vite et l’on distingua les cris d’un énorme troupeau en colère. Un voile couleur de rouille s’éleva au-dessus de la mer, puis le ☁️ de poussière avala le ☀️. Le bruit semblait avancer et reculer en une horrible plainte stridente.

L’armée sarrasine progressait à une allure qui semblait irréelle, comme si la nature avait en quelque sorte compressé le temps. Ils étaient habillés à peu près comme des Romains, blanc et argent. Les casques et les cimeterres courbes scintillaient devant le ☁️ de poussière qu’ils paraissaient gagner de vitesse. Leur hurlement fantastique, qui s’élevait et retombait en rythme violent, faisait grincer les nerfs. Harald debout au centre de son mur varègue, le bouclier en place, donna à ses archers l’ordre de tirer. Presque au même instant, les énormes chevaux blancs, noirs, gris pommelé, de l’armée sarrasine culbutèrent, pattes en l’air, gigotant comme des insectes. Mais le reste bondit par-dessus les poitrails et les cavaliers malchanceux, sans tenter d’éviter leurs compagnons d’armes. » Michaël Ennis (Byzance)

3 réflexions sur “Quand l’armée sarrasine attaque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s