Marcher sous les étoiles

 »-. Il marcha droit devant lui vers le Sud, se guidant aux 🌟 qu’il avait eu le temps de connaître sur le plateau, au cours des nuits de juin durant lesquelles il ne pouvait trouver le sommeil. Fuyant la bergerie, il observait les cristaux qui scintillaient là-haut, présence fidèle qui parvenait parfois à le consoler. C’étaient ceux que les chemineaux, habitués à se guider sur la Voie lactée lui avaient désignés. L’étoile du Berger, la première à s’allumer le soir et la dernière à s’éteindre, à l’heure où les troupeaux quittent la bergerie. L’étoile polaire, à l’extrémité de la Petite Ourse, qui indique le Nord. D’autres dont il avait, pour certaines, oublié le nom, mais qu’il savait reconnaître grâce à leur forme et à la place qu’elles occupaient dans les constellations : le Taureau, le Dragon, le Bélier, le Bouvier...

Marcher, donc, dans la direction opposée à l’Etoile du Nord, et marcher le plus rapidement possible dans la nuit chaude et douce qui lui paraissait être un refuge, avec ses parfums d’herbe coupée, ses caresses de vent tiède, ses grillons dont le chant l’avait accompagné un long moment et venait de s’éteindre. Quelle heure pouvait-il bien être ? Deux heures ? Trois heures ?’‘ Christian Signol (Une vie de lumière et de vent)

3 réflexions sur “Marcher sous les étoiles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s