J’entends passer le train

 »-. Je vois le train qui s’approche. L’avez-vous vu cette nuit-là ? L’avez-vous vous entendu ? L’avez-vous senti ? Je pense que oui. Il fonce sur les rails avec une puissance inimaginable. Je recule d’un pas. Quand il passe, je me trouve à dix mètres de la voie. Pourtant, je ferme les yeux et lève la ✋ pour protéger mon visage. Le déplacement d’air manque de me faire perdre l’équilibre. Le monstre d’acier lancé à pleine vitesse pulvérise tout sur son passage.

L’esprit, comme le ❤️, vagabonde où bon lui semble. Et j’imagine la grille frontale de la locomotive entrant en contact avec la chair humaine. J’imagine ces roues qui tournent inexorablement, broyant les os jusqu’à les réduire en miettes. J’entrouvre les yeux pour voir le train passer. J’ai l’impression qu’il n’en finit pas de foncer, d’écraser, de broyer. Ma vue se brouille. Mes yeux s’emplissent de larmes. » (Harlan Coben (Par accident)

2 réflexions sur “J’entends passer le train

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s