Ma Bretagne sous la pluie

 »-. Une grande toile d’Eugène Boudin concilie la pluie, la lumière et la rade brestoise. La Baie de Kerhor date de 1872. Malgré les changements de détails intervenus depuis, on y reconnaît au premier plan les grèves du Moulin Blanc, sises entre Brest et Kerhuon. Voici un siècle, la courbure de la baie avait déjà cette ampleur et cette souplesse.

50x50cm « Oh, ma Bretagne !« , galerie Bons baiser de…

Déjà, l’on pêchait sur le banc à marée basse crevettes et 🐚. Déjà la Bretagne ramassait le goémon, et déjà les femmes travaillaient hors de chez elles… Et déjà le ciel de la rade était apte à offrir du même coup, pour une  »marine », sur la droite, cette clarté lointaine et tendre issue d’un dispersement de blancheurs, de bleuités, de grisailles, et , sur la gauche, dans le noroît, ce buisson de menaces d’averses. Un temps d’orage authentique… Une des ramasseuse de goémon imite la mer vers laquelle elle se tourne, elle se repose. Et sans doute admire-t-elle. Elle ne craint pas la pluie. La pluie c’est aussi quelqu’un du pays. Quelqu’un d’utile à la terre. Comme le ☀️.’‘ Henri Queffellec (Les enfants de la mer)

3 réflexions sur “Ma Bretagne sous la pluie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s