Le jardinier du Roy

« -. Mais, je ne puis m’absenter, on ne quitte pas un jardin. -. Même pour aller de par le monde chercher des fleurs nouvelles ?-. On me les apporte à domicile ! Je suis un jardinier, je n’ai pas l’âme d’un conquérant. C’est vous autres, les botanistes, qui avez des âmes de conquérants, parce que vous voulez toujours plus de fleurs séchées, mortes. Moi qui sème, plante et arrose, je veux voir pousser des fleurs vivantes, et les miennes, mes filles. Des fleurs, voyez-vous, j’aime mieux en donner que d’en prendre. L’an dernier, j’ai fait partir d’ici plus de cinquante mille sachets de graines. Je sème des amis partout, j’expédie des graines à la terre entière. Du vivant de mon père, je le faisais déjà.

-. Même en temps de guerre ? -. Un roi peut avoir des ennemis, c’est dans l’ordre des choses, mais ne serait-il pas ridicule qu’un jardinier en eût ? On a vu des Anglais et des Prussiens laisser passer nos colis de graines, comme ils laissent passer la poupée de Paris porteuse de la mode. N’est-il pas bien urgent de fleurir un monde en guerre ? Plus on sèmera de jardins sur la terre, plus vite elle redeviendra le Paradis terrestre. Je voudrais voir chacun commencer sa demeure comme le Seigneur a commencé celle d’Adam, en plantant le jardin. -. André, vous êtes un marchand de bonheur. » Fanny Deschamps (La Bougainvillée)

3 réflexions sur “Le jardinier du Roy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s