Fumées blanches et noires sur le Bengale

 »-. Tout ce panorama défila comme un éclair, et souvent un ☁️ de vapeur blanche en cacha les détails. A peine les voyageurs purent-ils entrevoir le fort de Chunar, à vingt miles au sud-est de Bénarès, ancienne forteresse des rajahs, Ghazepour et ses importantes fabriques d’eau de rose, le tombeau de lord Cornwallis qui s’élève sur la rive gauche du Gange, la ville fortifiée de Buxar, grande cité industrielle et commerçante où se tient le principal marché d’opium de l’Inde, Monghir, ville plus européenne et même anglaise, renommée pour ses fonderies de fer, ses fabriques de taillanderie et d’armes blanches. Dont les hautes cheminées encrassaient d’une fumée noire le ciel de Brahmâ, un véritable coup de 👊 dans le pays du rêve !

Puis la nuit vint, et au milieu des hurlements des 🐅, des 🐻, des 🐺 qui fuyaient devant la locomotive on n’aperçut plus rien des merveilles du Bengale. Enfin, à sept heures du matin, Calcutta était atteinte. » Jules Verne (Le tour du monde en quatre-vingt jours)

50x60cm « Oh Calcutta », galerie Bons baisers de

3 réflexions sur “Fumées blanches et noires sur le Bengale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s