Noires sont les marées…

 »-. Le destin d’une certaine coquille dans la civilisation appelée occidentale préfigurait le scandale des marées noires. La coquille Saint-Jacques, ou peigne, si l’on préfère, en traduction du latin pecten. Les pèlerins du moyen-âge avaient fait de ces peignes-là des sébilles qui ne coûtaient rien, qui pouvaient servir à boire dans les sources.

50x50cm « Les Chemins de Compostelle », vendu (pour la petite histoire, à un pèlerin de retour de pèlerinage…), galerie Chemins de spiritualité

Au départ de Compostelle ou du Mont-Saint-Michel ils ne manquaient pas d’en rapporter une, qu’ils accrochaient à leur grand chapeau. La statuaire bretonne offre des centaines d’images à la coquille de l’apôtre Saint-Jacques, ou de ses pèlerins. Pour tous, la coquille Saint-Jacques s’identifiait ainsi, confusément, à la piété mendiante, à la pauvreté, à la charité… Les exploiteurs ont changé tout cela. Une grande société pétrolière a embrigadé la petite coquille pour en faire l’image aguichante de son activité industrielle. -. Qui vole un œuf vole un boeuf-, prétendait un vieux proverbe, sommaire et contestable. Qui ne saisit pas l’incongruité de symboliser la joie du gain par l’innocence d’un 🐚, celui-là ne pourrait rien redire aux marées noires. » Henri Queffellec (Les enfants de la mer)

2 réflexions sur “Noires sont les marées…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s