Senteurs et couleurs sur le port

 »-. Des odeurs étranges chatouillaient le nez. Même la mer avait une autre odeur ici. Mêlée à la pestilence des pourritures et des caniveaux, à l’odeur de goudron des ⛵ et du 🐟. Tout ceci composait cette indéfinissable puanteur de la ville portuaire. Les débits de 🍺 se touchaient. Il en était de même des auberges et des hôtels. Le marché aux 🎏 était une véritable fourmilière. Là, l’odeur était plus forte que devant la fosse à purin, quand on ouvrait les portes au ☀️ de printemps. Les poissonnières criaient leurs prix. Des voies aiguës et des visages rougis. De fortes poitrines sur lesquelles un châle était croisé, en dépit de la chaleur.

La différence de condition sociale était plus visible ici qu’à l’église le dimanche au pays. Les costumes bigarrés des poissonnières et des filles de joie avaient le dessus. Ici et là, on pouvait cependant voir une 👗 de dentelle blanche sous un large chapeau de paille, décoré de petits noeuds, de rosettes et autres fioritures. De petits souliers de soie ou de cuir se mêlant au craquement des sabots. » Herbjorg Wassmo (Le livre de Dina)

6 réflexions sur “Senteurs et couleurs sur le port

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s