Petit traité de peste noire

 »-. Certains conseillent d’appliquer des sangsues… D’autres traitent le mal avec de l’opium, de l’alcali, des huiles essentielles, du musc, par petites doses fréquemment renouvelées, combinées avec du café, de la quinine et du 🍋 pour provoquer des vomissements… Mais le meilleur traitement, c’est de fuir. Fuir vers le nord, très haut dans les montagnes, bien au-dessus des vents.

On doit aussi veiller à ce que le corps et chaque objet que l’on touche soient le plus propre possible. Il faut à tout prix éviter les foules, les places publiques, les laxatifs, l’alcool, le surmenage, la tristesse, la passion, les émotions violentes, la nostalgie, le désespoir et les excès en tout genre… Il existe aussi d’autres remèdes, comme les vapeurs de vinaigre, la fumée de l’eucalyptus, le raki, les amulettes… Les Grecs, les Arméniens et les Juifs se munissent d’un triangle fermé, contenant du safran, du camphre, de l’ail et des herbes aromatiques. Quant aux musulmans, ils se mettent sous la langue un petit morceau de papier contenant un vers du Coran –. Dieu ait pitié de nos âmes. Amen-. » Barbara Chase-Riboud (La Grande Sultane)

2 réflexions sur “Petit traité de peste noire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s