Volent les cerfs-volants chinois

 »-. Distant, le nez rougi par le vent aigre, Monseigneur Sleeth les regardait faire. Le vieux prêtre savait mêler une note instructive à ces amusements. De temps à autre, tandis qu’il tenait la ficelle du cerf-volant, le petit garçon allait s’asseoir sous le kiosque et écrivait, sous sa dictée, sur des banderoles en papier. Couvertes de son écriture appliquée, celles-ci étaient enfilées sur la ficelle, et on les expédiait vers le ciel, pour la plus grande joie de chacun.

35x35cm « Le porte-bonheur cerf-volant », collection privée

Poussé par la curiosité, Monseigneur Sleeth lut. -. Je promets de m’opposer courageusement à la stupidité, la bigoterie et la cruauté. La tolérance est la première des vertus. L’humilité vient ensuite-. Il examina le feuillet froidement. Il attendit même, le visage gelé, que le suivant fût prêt. -. Nos os peuvent pourrir et revenir au sol des champs, mais l’Esprit s’échappe, pour vivre sur un plan supérieur, où tout est gloire et lumière. Dieu est le père de tous les hommes-. Excellent ! Ce texte n’est-il pas de Saint Paul ? -. Non, de Confucius-. » A. J. Cronin (Les clés du Royaume)

2 réflexions sur “Volent les cerfs-volants chinois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s