Le Printemps en forêt de Brocéliande

 »-. Mais, au printemps, quand les feuillages sont encore nouveaux, il fait bon voir le vert frais des hêtres, le vieux vert des chênes. Les hêtres, les chênes sont, avec les pins, les essences dominantes de la forêt. Mais elle a aussi en abondance des trembles, des bouleaux au tronc d’argent. Dans les sous-bois, le plus souvent inextricables, vrai maquis où se cachent non des bandits mais des sangliers et des chevreuils, c’est une profusion bien bretonne de houx, de genêts, de fougères, de bruyères, de ronces, d’ajoncs.

50x50cm « Le printemps en majesté« , galerie La vie rêvée des arbres

La fleur jaune des ajoncs répand autour des roches violettes ou roses sa fine odeur de 🍑, l’aubépine son odeur d’amande douce. Je m’en délecte, je m’en grise, j’y respire l’âme de ma patrie bretonne avec la même volupté que des narines provençales peuvent humer les parfums de lavande que le ☀️ exalte sur les pentes de l’Esterel et des Alpilles. Plus simplement, on aime à se dire que cette forêt hantée de magiciens, de poètes, de romanciers et d’archéologues est, au bout du compte, une forêt comme une autre. Qui sans doute a son caractère, qui peut avoir ses merveilles et ses maléfices, mais où c’est un bonheur de se plonger dans un bain de pureté chlorophyllienne, en écoutant chanter les 🐦, quand ils chantent.’‘ Charles Le Goffic et Auguste Dupouy (Brocéliande, histoire et légendes)

2 réflexions sur “Le Printemps en forêt de Brocéliande

Répondre à Francine Hamelin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s