Histoire de frangines

Dans le cours d’un travail de longue haleine… second volet du triptyque que je consacre à mes petits-enfants. Les deux soeurettes, âgées de dix et treize ans, n’ont bien entendu pas eu besoin de poser pour moi, je les connais par ❤️. Et d’ailleurs, ce que je recherche dans un tableau, c’est la personnalité à mettre en avant, et non point la véracité. Bon, quand même, du dire des intéressées, la ressemblance est peu ou prou au rendez-vous, dans l’esprit, dans l’attitude et même dans les traits du visage, sinon, à quoi bon…

30x40cm « Les frangines », galerie Chemins de spiritualité

Mon conseil. -. Pour représenter les gens que l’on aime, PEINDRE avec son ❤️ davantage qu’avec son pinceau, sachant qu’en l’occurrence l’âme est meilleure conseillère que la ✋. -. Mieux vaut suggérer que trop montrer, ce n’est d’ailleurs pas beaucoup plus facile car l’imagination, voire la création, se doivent de suppléer au manque assumé de détails. – Ne pas céder à la tentation de présenter son œuvre en cours d’exécution, pour avis ou consultation, surtout aux intéressés et à leurs proches. Pour ce faire et ne pas se laisser tenter, autant être rapide, ce qui a en sus l’avantage d’éviter les grattages, reprises et repentirs. -. Faire simple, et rigolo et coloré, lorsque l’on s’adresse à la jeunesse.

3 réflexions sur “Histoire de frangines

Répondre à Elisabeth Bourraindeloup Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s