Le Roi des colosses

 »-. Le roi de ces colosses serait, mesures prises, le hêtre de Roche-Plate. Il dérobe sa majesté en l’un des lieux les plus retirés, au sud, vers les escarpements qui dominent un ravin sinueux. Mais il en est de beaucoup plus accessibles. Un très beau, notamment, à quinze cents mètres de Paimpont, sur la route du Plélan vous en trouverez le chemin. Faites-y dix pas, tournez à gauche, prenez un sentier sous bois. Ce sentier, que j’ai suivi sans savoir où il me menait, fait un angle droit avant d’aboutir à une petite clairière où il y a une 🏡 de garde.

Lucie, 9 ans, « L’Arbre-Bonhomme »

C’est là ! L’ancêtre vous attend au coin du talus qui le porte, et qu’il consolide. Quelle puissance, quelle harmonie, et, quand on ne s’y attend pas, quelle découverte ! Les racines, en partie visibles, répondent à l’envergure des rameaux. Dans l’opulence printanière de la feuillée, à peine s’entrevoient deux ou trois branches mortes qui ne verdoient plus. Tout le reste est d’une magnifique vitalité. O bienveillante magnificence qui dispense l’ombre et accueille les nids ! Il y a concert dans cette verdure. J’évoque le hêtre italien sous lequel Tityre s’allongeait, une flûte aux lèvres, chantant Amarillys et gardant son troupeau. Mais le hêtre de la Gelée, grisonnant de toutes ses feuilles autant que l’exige ce nom bizarre, est un arbre breton. » Charles Le Goffic et Auguste Dupouy (Brocéliande, histoire et légendes)

2 réflexions sur “Le Roi des colosses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s