On ne badine pas avec l’amour

 »-. D’abord, il m’a expliqué tous les personnages de la pièce d’Alfred de Musset dans ma langue natale. -. Alors voilà… C’est un vieux qui s’appelle le Baron. Quand la pièce commence, il est tout excité, parce qu’il attend, d’une minute à l’autre, le retour de son fils Perdican qu’il n’a pas revu depuis des années (Perdican était parti faire des études à Paris), et de sa nièce Camille qu’il a élevée quand elle était petite, et qu’il n’a pas vue depuis encore plus longtemps parce qu’il l’avait envoyée au couvent… Non, ne fais pas cette tête… C’était normal à l’époque… Le couvent remplaçait la pension pour les filles nobles. Elles apprenaient à coudre, à broder, à chanter, à devenir des épouses parfaites, et en plus, on était sûr qu’elles resteraient vierges….

Camille et Perdican ne se sont pas vus depuis dix ans. Ils ont grandi sous le même toit et ils s’adoraient. Comme frère et soeur et même un peu plus si tu veux mon avis. L’éducation de ces deux jeunes gens lui a coûté 🍬, et lui, le Baron, ce qu’il voudrait à présent, c’est les marier ensemble. Justement parce qu’ils s’adoraient et aussi parce que ça lui permettrait de rentrer dans ses frais. Eh oui, six mille écus, quand même ! Ça va, t’es toujours avec nous ? Bon, je continue… Camille et Perdican ont chacun un chaperon… »Anna Gavalda (Des vies en mieux)

37x48cm « Love« , galerie Chemins de spiritualité

3 réflexions sur “On ne badine pas avec l’amour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s