La Reine des bandits

 »-. Ainsi nourrie aux rêves des gens des villes, la légende reflua dans la Vallée. D’un bout à l’autre des gorges, de nouvelles fables se mirent à courir, qui se mêlèrent aux souvenirs des uns, aux illusions des autres, aux peurs de ses ennemis, aux espoirs de ceux qui l’aimaient. De bulletin radio en livraison de journaux, tout s’emmêla, se brouilla, le juste et l’injuste, le vrai et le faux. A mesure que l’imagination, jour après jour, déposait sur les mémoires son sédiment trompeur, les raisons les plus solides défaillirent.

50x50cm  » La femme guerrière », galerie Femmes, Femmes, Femmes

Là encore, tout s’enchevêtra. Devi était-elle la réincarnation de la divine Durham, victorieuse des démons au tout début du monde ? Celle de Draupadi, la princesse des livres anciens, qui jura, après la honte que lui infligèrent les rois 🐍, de ne plus se laver les cheveux que dans leur sang ? Ou l’ultime Avatar de Kali la noire, la danseuse au collier de crânes ? Sans doute tout cela à la fois. Et peut-être même une nouvelle divinité, car, dans la Vallée, les gens de basse caste pétrissaient déjà des statues de glaise à son image supposée, ils joignaient les ✋ devant elle, lui offraient des fleurs, du sucre, des bâtons d’encens.’‘ Irène Frain (Devi)

3 réflexions sur “La Reine des bandits

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s