Les deux font la paire

 ». AIMER, c’était un mot que les frères Singh n’avaient pas entendu depuis des lustres. On pouvait d’ailleurs douter qu’on le leur eût dit un jour, personne ne les avait aimés, ces deux-là, peut-être même pas leur mère. Ce qui les laissait de marbre, ils étaient jumeaux. Jamais rien ni personne n’avait pu les séparer.

Il y avait le plus grand, Lalaram, le plus râblé, le plus avantageux, avec ses yeux dorés, sa belle peau claire, sa  »boîte à outils » toujours saillante sous son jean. Et l’autre, Sri Ram, dit  »le gourou’‘, le plus astucieux de la paire. Le plus laid, aussi, petit et malingre, les dents gâtées, la face grêlée de variole, comme si la maladie, pour se venger d’avoir manqué son frère, avait concentré sur lui toutes ses purulences. Mais Sri Ram était aussi fin tireur que le beau Lalaram, et il avait l’esprit si tortueux que certains n’hésitaient pas à dire qu’il était la réincarnation d’un des diaboliques Rois-🐍 qui avaient, dans la nuit des temps, commandé la Vallée. D’où son surnom, car on disait que Lalaram ne tirait pas une cartouche sans en référer à son frère. La vérité, comme on s’en doute, était plus nuancée, Lalaram était violent, il prenait 🔥 et flamme pour rien. Dans ces moments-là, il n’y avait que Sri Ram à pouvoir le contenir, à défaut de le raisonner. » Irène Frain (Devi)

2 réflexions sur “Les deux font la paire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s