L’excentrique Felipe

 »-. J’ai trouvé ce manuscrit dans les papiers de mon grand-père, au fond de sa 🏡 de campagne. Je me rappelle qu’il m’avait parlé souvent d’un vieil ami à lui, un Sud-Américain, Bolivien ou Patagon, il ne savait guère la différence, qui vivait à Paris comme un excentrique, dans une chambre d’étudiant encombrée de bouquins.

« Dans mes bouquins, confinée », galerie La meilleure façon d’habiter

Cet homme, en dépit de son air sauvage et de la féroce manie qu’il avait de racler de la 🎸 et de chanter d’une voix rauque de sinistres ou trop douces mélopées, possédait une certaine culture. Il hantait la Comédie Française et les concerts, et c’était là que mon grand-père, intrigué par ce solitaire, avait fait sa connaissance. Quand le vieux Felipe mourut, il n’y eut personne à l’enterrement, sauf mon grand-père et quelques étranges personnages qu’il ne connaissait pas. On vendit sa bibliothèque à l’encan, mais mon grand-père, par une sorte de piété, avait recueilli ses papiers. Il les avait fourrés dans une caisse, ensuite oubliée dans son grenier. Mon grand-père avait le soupçon que ce sauvage était sans doute un farceur, non pas Sud-Américain, mais Espagnol d’Espagne, réfugié politique... » Drieu la Rochelle (L’homme à 🐎)

3 réflexions sur “L’excentrique Felipe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s