J’ai fait un cauchemar… J’ai fait un cauchemar breton

 »-. Tout Breton qui a passé son enfance au village a connu le merveilleux, l’a redouté, l’a désiré, s’est pelotonné le soir contre la jupe de sa mère en écoutant d’une 👂 avide des récits faits d’une voix tremblante. Il a vu, la nuit, des paysans peu craintifs, des pêcheurs héroïques prendre une lanterne, au départ, pour exorciser les ténèbres. Que craignaient-ils au juste ? Des enchanteurs, des fées, des lutins ?

40x40cm « Gytrach, Les contes de la Nursery », galerie Bestiaire

Lutins, lavandières, vieilles étiquettes périmées, noms enfantins donnés par l’ignorance aux fantômes de nos terreurs nocturnes. Ce qui subsiste, c’est ceci, une atmosphère, des heures, des lieux qui agissent sur certaines parties obscures et dormantes de nous-mêmes, les révèlent et les réveillent, si l’on peut dire. L’âme se trouve tout à coup en état de réceptivité mystique. C’est dans la solitude, c’est le soir, c’est l’heure de l’agonie quotidienne, où suivant la parole de Dante -. Le glas semble pleurer le jour près de mourir-, l’heure où les choses se déforment, prennent des tons et comme une signification qu’on ne leur connaissait pas. » Charles Le Goffic et Auguste Dupouy (Brocéliande, histoire et légendes)

6 réflexions sur “J’ai fait un cauchemar… J’ai fait un cauchemar breton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s