Venise, oh ma Venise

 »-. Tout au long des canaux, sur le chemin du retour, dans le traghetto, sur les ponts, au milieu des places vides recouvertes par la neige, elle sanglota sans arrêt. Elle aurait voulu se jeter dans les bras de l’homme qui se tenait à côté d’elle, immobile, les bras ballants, et pleurer sur son épaule. Elle aimait cet homme et cet homme l’aimait.

30x40cm « Mon fiancé italien », galerie Bons Baisers de…

La place Saint-Marc était blanche et déserte comme les autres. Ils la traversèrent, l’air égaré, en se tenant par la ✋. Pour rejoindre la gondole qui les les attendait près de la Piazzetta, Nicolas voulut couper le long de la colonnade qui court le long du palais et passer entre le mur et la colonne angulaire. C’était le chemin, prétend l’histoire, des condamnés à mort. Nadia le tira par le bras et murmura. –. Ça porte malheur. -. Et alors ?– Lorsque la gondole glissa le long de la Douane de mer, Nicolas, en silence, prit la ✋ de Nadia.’‘ Jean d’Ormesson (Le vent du soir)

4 réflexions sur “Venise, oh ma Venise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s