La naissance de Devi

 »-. Elle tenait son nom, paraît-il, du moment de sa naissance, jour de la Fête des Fleurs. C’était en 1957 d’après les uns, d’autres disent 1961. Quant à elle, elle a toujours choisi son âge au gré des circonstances. Nul n’a jamais trouvé à y redire. Les registres d’état-civil n’ont pas cours dans les ravins, et l’Inde estime la vérité au même rang que le mensonge. Des phrases de convenance dans un monde d’illusions.

En revanche, personne n’oserait changer un mot au récit de sa venue au monde, il est figé comme un texte sacré. C’était juste après les pluies, dit-on, en pleine nuit, à l’heure de Shiva, la troisième heure. Quand elle est née, il y a eu les deux cris rituels. Par le premier, celui du soulagement, sa mère a salué la fin de ses douleurs. Et l’autre, juste après, a annoncé au village qu’une autre peine commençait, dont ses parents n’étaient pas près de voir la fin. Encore une fois, malgré leurs prières, la déesse avait choisi de leur donner une fille. On raconte aussi que la nuit était grosse d’orage et que la foudre est tombée sur les hauteurs des gorges, comme chaque fois que la terre s’apprête à recueillir un héros. Comment savoir ? Toute naissance est une source obscure, et les hommes ressemblent aux fleuves dont les commencements sont souvent un mystère. » Irène Frain (Devi)

2 réflexions sur “La naissance de Devi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s