Ballade littéraire à Saint-Petersbourg

 »-. Il avait prévu de passer la journée à visiter les 🏠 de ses écrivains russes préférés, ceux qui étaient nés ou morts à Saint-Petersbourg. La pluie avait cessé. L’aube baignait les rues d’une lueur nacrée, l’air était frais et sec. Pouchkine était le premier écrivain auquel il avait choisi de rendre hommage. Il trouva sans peine sa 🏠, sur le canal de la Moïka. Il dut se baisser pour franchir la porte basse en bois. Sur la pointe des pieds, il parcourut les silencieuses salles aux murs bleus et resta un moment dans le cabinet de travail tapissé de 💷, en admiration devant la canne, la pipe et le fauteuil préféré du poète.

Il s’était ensuite rendu dans l’appartement de Fiodor Dostoïevski, où il avait retrouvé la même atmosphère de vénération feutrée. Comme Pouchkine, Dostoïevski avait rendu l’âme dans son bureau, le 9 février 1881, victime d’une hémorragie pulmonaire. C’était là que Dostoïevski avait écrit Les Frères Karamazov, qu’il avait rédigé son célèbre éloge à Pouchkine, et qu’il avait travaillé à l’élaboration de la dernière partie de son Journal de l’écrivain, publiée à titre posthume. » Tatiana de Rosnay (À l’encre russe)

Une réflexion sur “Ballade littéraire à Saint-Petersbourg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s