Champ de bataille

 »-. Un champ de bataille de pacotille ! Voilà le véritable… Le spectacle n’est pas moins sinistre que les ruines de Brest. Mais il ne faut pas que je baisse les yeux. Il en appelle à mon témoignage. Comme si, souvent, au cours de mes explorations anciennes sur la côte et vers les chapelles de campagne, je suis apparemment seul. Je chemine sur une voie déclassée, parmi des lieux ravagés, que leurs destructeurs ont laissés pour morts. Les vainqueurs qui survivront…

… S’estimeraient-ils plus généreux, pour avoir tracé des graffitis qui mettent en garde ? Toutes ces inscriptions qui clament la puissance de la peste inoculée violemment à la rudesse et à la paix de la terre ne disent rien qui vaille. Comme dans les ruines de Brest, les cadavres ont été retirés. Ce n’est pas le champ de bataille  »couvert de morts » que Victor Hugo nous a fait apprendre à l’école. Mais on a eu le geste rapide, on a beaucoup inhumé sur place, à même le talus, le fossé, ou dans un coin de prairie. Des croix de bois piquettent le sol. A meilleur droit, et avec moins de forfanterie que les petits drapeaux épinglés sur des cartes par les stratèges. Les morts sont le produit naturel de la guerre. » Henri Queffellec (Les enfants de la mer)

2 réflexions sur “Champ de bataille

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s