Opium

 »-. Avec beaucoup de distinction, Kosrow me racontait des histoires obscènes, mêlées de réflexions métaphysiques. Et quand il chantait les vers des grands poètes, de Hafiz et de Firdouzi, il parlait du nez comme un mollah prêchant le Ramadan. Nous buvions du thé rouge, de la vodka russe qui passait en contrebande, et enveloppés de couvertures, le corps engourdi par l’opium, nous attendions dans une grande paix le lever du jour.

40x30cm « Zen », galerie Chemins de spiritualité

Le bruit d’une feuille qui se détachait de sa branche et glissait doucement dans l’air nous devenait soudain perceptible. Un 🐓 chantait et Kosrow, caressant son gros ventre d’une ✋ alourdie de bagues, récitait. -. Sois ruiné par l’amour et tu prospèreras. Sois l’esclave de l’amour et tu reviendras libre. Quand on parle d’amour cela n’a point de fin…-. Sa fille Touran, un jour, trouva l’opium, les pipes et le mangal. Elle en fit grand 🔥.’‘ Jean Larteguy (Les Balladins de la Margeride)

2 réflexions sur “Opium

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s