Le lac Titicaca

 »-. Peut-être cet hémisphère austral est frappé d’interdit ? Peut-être n’abritera-t-il jamais qu’une vie végétative ? Certes, le règne végétal a ses fureurs…-. Il ne dit pas grand chose d’autre jusqu’à notre arrivée au lac Titicaca quelques jours après. Ce lac est grand comme une mer. C’est un grand œil qui considère le ciel. Ici, on est vraiment à l’extrémité de la Bolivie, terre extrémiste et qui ne peut être comparée qu’au Tibet. Ce sont les ultimes exaltations de l’homme. Là, l’homme est trop haut, déjà au-delà de lui-même. A quatre mille mètres, le ciel surpris dans son immensité est décevant comme la mer, toujours nue, toujours vide, au vingtième jour d’une traversée sans fin.

50x60cm « Parlez-moi d’un lac », galerie Les Clins d’oeil de Dame Nature

L’homme ici ne peut plus se soucier que du divin. L’homme ne peut être mieux choisi si le divin est le contraire de l’humain. Mais, par les mamelles de la Vierge, je ne crois pas cela. Ici, furent élevés des temples près d’un lac, comme au Tibet. Suprêmes reposoirs du monde. Une race inscrit sa mesure du divin. C’est la mesure la plus haute. Cette mesure avait été pleinement prise avant la venue des hommes du Christ. Ici, l’on comprend que le christianisme n’est qu’un élan entre autres. Et qu’il n’avait aucune raison de venir se traîner jusqu’ici. » Drieu la Rochelle (L’homme à 🐎)

2 réflexions sur “Le lac Titicaca

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s