L’héritière

 »-. Tu devrais me mettre dans ton livre parce que je suis désespérée. Je vis seule dans un superbe appartement à Rome, sur la Piazza Navona. J’ai tellement de fric que je ne sais même plus quoi en faire. Je n’ai pas eu de vrai petit ami depuis des années, mais j’ai dû coucher avec une centaine de mecs depuis mes quatorze ans. J’ai un diplôme de droit dont tout le monde se fout. Pourtant, je suis beaucoup plus intelligente que ma sœur, mais je n’ai pas sa beauté.

Alors…

Les personnages désespérés sont toujours plus intéressants, non? Tu sais ça, l’écrivain ! Regarde Anna Karenine, ou Madame Bovary. Bon, cela dit, je n’irai pas jusqu’à me suicider. Tout ce merdier me fait peur. Mais ce soir, par exemple, je suis tellement déprimée que je pourrais faire quelque chose de complètement dingue, juste pour gâcher la fête de 💒 de ma sœur. Regarde, par là, comme mes parents m’ont à l’oeil. Tu vois, le grand sec à lunettes, en smoking, et la femme crispée, tout en vert, sous ses diamants. Mes parents. Regarde-les un peu ! Ils sont morts de trouille que quelque chose tourne mal dans leur monde parfait. » Tatiana de Rosnay (À l’encre russe)

2 réflexions sur “L’héritière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s