Garde-fous en câlins mouillés

 »-. Jamais je ne me suis demandé si je l’aimais toujours, ou quels étaient mes exacts sentiments à son égard. Ça n’aurait servi à rien. Mais j’aimais la retrouver au détour d’un moment de solitude. Je dois le dire parce que c’est la vérité. Heureusement pour moi, ma vie ne me laissait pas beaucoup de moments de solitude. Et même si j’avais envie de me laisser aller à un gros coup de blues, de nostalgie, de prendre un ton badin par exemple, je sais maintenant que c’est hors de question. Car depuis quelques années j’ai de vrais garde-fous. Les plus farouches. Mes enfants.

40x40cm « L’Ours Cannelle », vendu, galerie Chemins de spiritualité

Je suis fou de mes enfants. J’en ai trois, une grande fille de sept ans, Marie. Une autre qui en aura bientôt quatre, Joséphine. Et Yvan, le petit dernier, qui n’a pas deux ans. D’ailleurs, c’est moi qui ai supplié ma femme de m’en faire un troisième, je me souviens qu’elle parlait de fatigue et d’avenir. Mais j’aime tellement les bébés, et leur charabia, et leurs câlins mouillés. Mes enfants sont la meilleure chose qui me soit jamais arrivée. Une vieille histoire d’amour ne vaut rien à côté de tout ça. Rien du tout. »Anna Gavalda (Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part)

3 réflexions sur “Garde-fous en câlins mouillés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s