Cheval de guerre

 »-. La pleine 🌙 se déversait dans le ciel. A côté du bûcher, Ignacio tenait Brave, qui était sans selle. Jaime sortit son 🗡️ et dit aux hommes. -. Cavaliers, nos guerres sont finies. Je ne veux pas que mon 🐎 de guerre vieillisse dans une écurie-. On ne peut jamais dire aux hommes la chose exacte parce qu’ils ne la comprendraient pas, ils ont fait une médiocre petite histoire morale, alors que c’est un grand poème métaphysique. Du milieu des hommes s’éleva un long murmure.

-. Felipe, chante le chant des chevaux d’Agreda-. Je chantai, sans ma 🎸. Les hommes reprirent le refrain avec des voix profondément altérées. Ensuite Jaime s’avança, embrassa Brave sur les naseaux, sur les yeux. Il le frappa au cou. La crinière de Brave se hérissa, et ses sabots battirent contre le sol une supplication féroce. Renversé à terre, il rua contre l’inévitable. Après cela il fut fini. Nous renversâmes le bûcher sur son corps et nous y mîmes le 🔥. Alors, d’eux-mêmes, les hommes chantèrent un chant indien que je connaissais bien. » Drieu la Rochelle (L’homme à 🐎)

3 réflexions sur “Cheval de guerre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s