A dos de zèbre

 »-. Je partis seul en éclaireur.. Et alors, continuez. -. Et alors je commis une grave erreur en ne m’informant pas. Je permis à ma femme de vendre un médaillon qu’elle tenait de sa grand-mère et fort de ces quatre sous, je partis en ne prenant en bagage qu’un casque colonial, deux costumes légers, des souliers de toile, une moustiquaire et ma bicyclette d’aluminium, instrument de mon indépendance et des agréables flâneries que j’aime à faire au crépuscule. Avez-vous remarqué que les rayons du ☀️ couchant ont le singulier pouvoir d’allonger les ombres de tout et de n’importe quoi ? La campagne se strie de lignes noires et, lorsque je roule à bicyclette sur une route bordée d’🌲, je crois me promener sur le dos d’un zèbre-.

50x50cm « Zébrures » sur un poème de Mawé, vendu, galerie Bestiaire

. Un zèbre ! Il est vrai que l’exotisme est à notre porte, dans les herbes du chemin, dans les couleurs et les parfums, mais encore faut-il savoir le trouver. Quand le temps est gris et qu’il n’y a pas d’ombre, votre zèbre doit vous manquer. – Mon cher, vous devinez juste, et c’est une des raisons qui m’attirait vers un pays de ☀️. » Louise de Vilmorin (La lettre dans le taxi)

4 réflexions sur “A dos de zèbre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s