Vocaliser au petit matin

 »-. Cet escalier de pierre, j’y ai passé beaucoup d’heureux moments dans mon enfance. Il est couvert d’un petit appentis qui nous protégeait quel que soit le temps. Assis sur les marches, nous dominions la cour de ferme, qui me paraissait si grande. C’est d’ici que j’observais ma mère nourrir la volaille, tôt le matin. Elle se mettait à crier-. Petits, petits !– et peu à peu, le mot s’amplifiait, prenait du relief, pour devenir un puissant-. Pe-tits !-. Gorge déployée, maman ressemblait un peu à une diva. Elle faisait ses vocalises, elle devenait, pour un moment, la Reine de la 🌃 de Mozart.

Il faut dire que le matin, les 🐔 et les 🦆 étaient loin dans les bois qui jouxtaient notre 🏡. Et que, pour s’en faire entendre, il fallait crier très fort ! Aussitôt, on voyait arriver les 🐔 à toute allure dans la cour, elles prenaient le virage de la barrière à la corde, les pattes touchant à peine terre, les pelotes de plumes ébouriffées. Elles allongeaient un cou démesuré pour arriver le plus vite possible au but. Les 🦆, semblant beaucoup moins pressés, suivaient en se dandinant, en se regardant les uns les autres, l’air surpris. Le 🐓 non plus ne paraissait pas pressé, il se redressait fièrement, et, la crête plus rouge que jamais, il paradait. » Geneviève Proust-Bouffard (Fille de la terre)

2 réflexions sur “Vocaliser au petit matin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s