Le mari, la femme, l’amant…

 »-. Ah, je pensais que tu comprendrais mes problèmes, mes tourments et mes terribles difficultés. Tu ne vois pas que deux sentiments me déchirent le ❤️ ? -. Moi ? J’imagine ce que seront mes pensées pendant les soirs où tu vivras loin de moi en gardienne d’illusions ! Et je sais que j’imaginerai des attendrissements dont l’idée seule m’est insupportable.

J’imagine aussi que tu ne viendras jamais dans mon petit empire que furtivement en tenant, entre le pouce et l’index, la tige d’un remords toujours en fleur que tu auras cueillie en traversant mon jardin. La femme que je prendrai dans mes bras serait la femme de Gustave ? Et j’accepterai cela ? Non, je ne m’y résigne pas. Le solitaire, qui épouse la solitude, est le seul excentrique, le dandy suprême, le seul homme qui ne se vautre pas, ne se cherche pas d’excuses. Et ne frappe que sa propre poitrine quand une image vient détrôner sa sirène. Je préfère rester seul plutôt que partager la femme que j’aime. Non. Non, si deux sentiments, si deux hommes vous déchirent le ❤️, retournez à l’homme de votre vie. Et moi, je resterai dans l’ombre, l’homme de votre roman. » Louise de Vilmorin (La lettre dans le taxi)

3 réflexions sur “Le mari, la femme, l’amant…

  1. Ping : Le mari, la femme, l’amant… — L’atelier peinture de Christine – TYT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s