La gloire de ma mère, le 🏰 de mon père

 »-. Ceci se passait vers 1905, et selon mes calculs de cette époque, la famille avait soixante-treize ans. Deux pour la petite sœur, six pour mon frère Paul, neuf pour moi, vingt-six pour ma mère, et trente pour notre père, notre patriarche. Il était alors maître d’école à Marseille, et nous l’admirions pour sa force, sa beauté, son adresse au jeu de boules, son talent de flûtiste, et surtout sa façon désinvolte d’aiguiser son rasoir sur la paume de la ✋ gauche…-

Divisée en cinq épisodes, l’histoire des Quatre 🏰 fut publiée dans le journal Elle du 3 décembre 1956 au 7 janvier 1957. Les réactions furent si immédiates, l’enthousiasme si chaleureux, les lettres des lectrices qui  »en redemandaient » si nombreuses que Marcel comprit vite qu’il ne pourrait s’arrêter là. D’ailleurs, il avait pris lui-même tellement de plaisir à ce récit, que sa plume, maintenant, courait toute seule. Il décida d’en faire un 💷, y travailla toute l’année, le trouva trop long pour en faire un volume. Et, l’ayant divisé en deux, inventa pour chacun un titre qui allait devenir immortel : La Gloire de mon père et Le château de ma mère.’‘Marcel Pagnol (Préambule)

40x40cm « Sud« , galerie Bons Baisers de...

4 réflexions sur “La gloire de ma mère, le 🏰 de mon père

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s