Je t’écris que je t’aime

 »-. Considérées dans leur ensemble, les lettres formaient une oeuvre d’art hybride, mélange d’échange épistolaire classique, de poésie et de récits illustrés par de petites aquarelles magnifiques, réalisées avec des nuances de couleurs ocres. Ce n’était pas une véritable conversation. Pas le genre de lettres dans lesquelles on racontait sa journée, ou ce qu’on avait mangé au dernier repas.

50x70cm  » Lettre à un inconnu », galerie Femmes, Femmes, Femmes

C’était une sorte d’hymne à la vie et à la nécessité d’aimer, malgré la douleur de l’absence, la folie du monde et la guerre. Ce thème de la guerre imprégnait tous les écrits, la lutte, les déchirements, l’oppression. Mais il n’était pas évident de saisir si l’écrivain faisait référence à un conflit armé en cours ou à une métaphore. Du côté du style, le texte était bourré de fulgurances, de figures de style audacieuses, d’allusions bibliques. Il révélait une nouvelle facette de son talent. La perfection formelle me fit même me demander si ces lettres n’étaient pas un pur exercice littéraire. » Guillaume Musso (La vie secrète des écrivains)

4 réflexions sur “Je t’écris que je t’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s