De l’autre côté du temps

 »-. Oui, c’était là. C’était bien le canal de mon enfance, avec ses aubépines, ses clématites, ses églantiers chargés de fleurs blanches, ses ronciers qui cachaient leurs griffes sous les grosses mûres… Tout le long du sentier herbeux, l’eau coulait sans bruit, éternelle, et les sauterelles d’autrefois, comme des éclaboussures, jaillissaient en rond sous mes pas. Je reçois lentement le chemin des vacances, et de chères ombres marchaient près de moi.

C’est quand je le vis à travers la haie, au-dessus des platanes lointains, que je reconnus l’affreux 🏰, celui de la peur, de la peur de ma mère. J’espérai, pendant deux secondes, que j’allais rencontrer le garde et le 🐕. Mais trente années avaient dévoré ma vengeance, car les méchants meurent aussi. Je suivis la berge, c’était toujours une passoire, mais le petit Paul n’était plus là pour en rire, avec ses belles dents de lait… Mais, dans les branches d’un églantier, sous les grappes de roses blanches, et de l’autre côté du temps, il y avait depuis des années une très jeune femme brune, qui serrait toujours sur son ❤️ fragile les roses rouges du colonel. Elle entendait les cris du garde, et le souffle rauque du 🐕. Blême, tremblante, et pour jamais inconsolable, elle ne savait pas qu’elle était chez son fils. » Marcel Pagnol (Le 🏰 de ma mère)

-. Pour toutes les mamans, qu’elles soient présentes pour recevoir leur bouquet de fleurs… ou qu’elles soient déjà de l’autre côté du temps-

2 réflexions sur “De l’autre côté du temps

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s