Le grand concours du Rire

 »-. Parti du ventre, le rire agite les épaules des deux adversaires. Cependant, aucun son n’est émis. Les visages rougissent, mais répriment toujours le sourire fatidique qui provoquerait la défaite. Sous la pulsion du fou rire qui frappe de plus en plus fort sur le diaphragme, les lèvres frémissent. Elles luttent tant bien que mal contre l’émotion.

Les deux trognes contorsionnées prennent des allures grotesques. L’image que se renvoient les duellistes augmente d’intensité comique à chaque respiration. Berthol, tout rouge, un oeil plissé, l’autre en cavale, les joues frémissantes, les lèvres étirées vers les coins, retient son souffle. Zaki, les cils pleins d’eau, les oreilles rouges, la bouche fermée en forme de cul de 🐔,tente d’expirer doucement pour ne pas se fissurer. Qui va abandonner le premier ? -. Ha, ha, ha, vous allez exploser !-. La libération est immédiate. Un rire foudroyant comme le son d’une pierre qui se fend en deux. Des larmes coulent sur leurs joues à force de rire. -. Vous avez tous les deux perdu !-. L’espiègle s’avance et administre une baffe aux deux adversaires, puis se sauve à la course. » Yves Trottier (Les Tigres Bleus)

3 réflexions sur “Le grand concours du Rire

  1. Ping : Le grand concours du Rire — L’atelier peinture de Christine – TYT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s