Faire halte Au Pré Catalan

 »-. Au Pré Catalan, le vent des batailles a arraché les voiles de tulle aux chapeaux des promeneurs, les grelots d’or attachés aux colliers de leurs 🐕 ont sonné le glas d’une époque où les coups de canon, en emportant les chapeaux des hommes, les ont privés de leur gracieux salut. Mais les guerres, dont on sait qu’elles jaunissent les gazons, laissent le lierre grimper aux 🌲 et désorganisent les jardins qui sont les salons de la nature. Ils ont épargné le Pré Catalan, et l’on y voit encore des dames à demi allongées dans des fauteuils, les jambes protégées d’un châle de vigogne, lire les oeuvres du professeur Esolman près d’un rosier où fleurit la dernière rose de l’été, ou la première rose du printemps.

50x50cm « Les Dames du temps passé« , galerie Femmes-Femmes, Femmes

Le restaurant qui s’élève dans ce jardin est illuminé le soir, et fait penser aux Kursaals qui brillent dans les parcs botaniques des villes d’eaux d’Allemagne ou d’Helvétie. Des musiques assez tendres bleuissent la 🌃 et les horizons deviennent confidentiels. On oublie le vaste automne et les ✋ froissant les feuilles mortes. On oublie les déserts marins sans cesse en mouvement et les grands lièvres assis dans les labours à l’orée des forêts. Les tentations s’alanguissent, Les raisonnements se dénouent. Et il y a des douceurs d’alcôve dans la mélancolie du bonheur. » Louise de Vilmorin (La lettre dans le taxi)

2 réflexions sur “Faire halte Au Pré Catalan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s