A la ferme des Guépreux

 »-. Baptiste Grodafieu est le fils de la locature des Guépreux, sur la route d’Angillon. Une ferme à mettre dans le même sac que celle des Bâtard. De la grande misère partout. Des murs se gonflant de vieillesse comme un ventre de maître sabotier. Un seul branlant où se cache le crapaud de malheur venu là pour mettre l’inquiétude au ❤️ des fermiers superstitieux … une bestiole qui vous fait dire, dès qu’on la voit, le petit soir naissant :-. Y nous portera le malheur, bon sang de bon sang…-. comme si on ne peinait pas assez, avec les bras et les jambes, sans être obligé de faire travailler le dedans de la tête une grande partie de la nuit-.

Les Guépreux, c’est aussi des lauriers, plantes jadis au long des bâtiments, à présent devenus 🌲, aux troncs gros comme un mollet, qui ont enfanté et fait courir la lézarde jusqu’au toit. Sans compter que les basses branches retiennent une boue sèche dans laquelle grouille toujours cette vermine de rats et de reptiles. Des travailleurs, ces gens-là. A la belle saison, si nécessaire, ils utilisent jusqu’au clair de 🌙. Ils ont un fils, un seul, Baptiste. Le plus beau fruit a souvent son ver. » Claude Seignolle (Marie la Louve)

2 réflexions sur “A la ferme des Guépreux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s