Les fleurs de Chine

 »-. Je constate avec satisfaction que Madame Agnès a remplacé les roses d’hier par des glaïeuls aux teintes tendres… Elle a bien fait, ce matin les roses auraient déjà perdu leur éclat. Il existe un poème chinois, son auteur se nomme Lu Knei-Meng. Il naquit au neuvième siècle dans la province du Kiangsu, et mena une telle vie errante qu’il se surnomma lui-même Le vagabond des lacs et des rivières… Dans ce poème, il exprime des regrets pour la mort des fleurs, et je me fais une joie de vous le traduire, puisque vous m’avez dit être vous-même allergique à la noble langue de Confucius. Ecoutez plutôt.

40x40cm « Dans mon jardin« , galerie Dites-le-avec des fleurs

. Les humains espèrent vivre cent ans, Les fleurs ne durent qu’un printemps. Encore un jour de vent et de pluie, Peuvent-elles retomber en poussière ? Si les fleurs savent s’en affliger, Leur chagrin dépasse celui des hommes-. Vous parlez bien le chinois ?-. Je me débrouille... » Guy des Cars (La Lampe de Jade)

4 réflexions sur “Les fleurs de Chine

  1. Christine, belles roses et beau poème de Lu Knei-Meng !

    20 ans, ce sont 20 printemps… C’est une vie qui commence.
    On n’a pas encore beaucoup d’expérience.
    C’est l’âge de toute espérance.
    C’est le moment de saisir sa chance.
    On ne se pose pas la question de l’éphémère.
    Il n’y a pas de quoi que l’on s’en désespère. Mak

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s