La grande soif

 »-. Les besoins en eau allant croissant, l’exploitation de la ressource se réalise au détriment des espaces naturels comme les zones humides en général, mais surtout les marécages littoraux et les ensembles de prairies humides dépendant des nappes phréatiques peu profondes, les vallées alluviales encaissées qui pourraient être systématiquement ennoyées pour la création de retenues d’eau, les cours d’eau en général dont certaines parties du lit pourraient se trouver asséchées.

Sur le littoral, et dans les deltas, des prélèvements trop importants en amont entraîneront inévitablement une remontée des biseaux salés d’eau de mer. Et une salure progressive des terres, qui deviendront impropres à l’agriculture, comme on le constate déjà en plusieurs points de Méditerranée, dans le delta du Nil, la bande de Gaza, ou la région d’Izmir, où la surexploitation a conduit non seulement à la pénétration d’eau salée, mais encore à des affaissements de terrain. Le problème est déjà à notre porte. Une meilleure gestion des ressources en eau, intégrant une modification des comportements individuels, constituera un des défis du siècle. » Michel Chauvet et Louis Olivier (La biodiversité, enjeu planétaire)

5 réflexions sur “La grande soif

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s