Bohème sous chapiteau

J’ai, en mon jeune temps, pratiqué le scoutisme avec une intensité allant parfois jusqu’à l’écoeurement. J’en ai gardé de sérieux principes moraux, mais également une incontournable horreur du camping. Arrivée à l’âge adulte, point pour moi, ni pour ma famille, de toile de tente humide, de feuillées en guise de sanitaires, ni de piqures de moustiques. Logiquement, ayant décidé de planter une tente dans mon jardin, il ne s’agit point de l’occuper en résidence secondaire, mais uniquement d’en faire un toit protecteur pour nos repas en plein air.

Mon chapiteau bohème, accessoirement atelier de peinture l’été, c’est l’annexe du bonheur…

Posé au-dessus de la table et des chaises, mon chapiteau avait l’air bien tristounet, je l’ai équipé de rideaux dépareillés genre bohème, qui pendouillent bêtement lorsqu’il pleut mais sèchent rapidement, d’un banc de jardin agrémenté de coussins multicolores et d’accessoires tout aussi colorés. J’aimerais y ajouter, mais il me manque encore le système d’accrochage, quelques tableaux sur le thème floral pour nous tenir compagnie. Ce petit coin douillet, outre sa fonction gastronomique, me sert d’annexe d’atelier de peinture. Et, bien entendu, je me suis offert le luxe, qui ne m’a rien coûté en terme de porte-monnaie ni d’efforts, de sublimer mon nouveau salon en lui tirant le portrait. Portrait dont vous vous doutez bien qu’il est, au dernier coup de pinceau, parfaitement idéalisé, et ne ressemble en rien à l’original. Mais sinon, à quoi bon, autant en prendre la photographie...

40x60cm « La petite gloriette de Christine« , galerie La meilleure façon d’habiter

Mon conseil. -. Dis, Christine, la végétation est dense. Toutefois, elle se fond dans l’environnement et la gloriette est bien présente tout en n’étant pas vraiment l’élément structurant du tableau. Y a-t-il une astuce ? -. Certes, la peinture n’est faite que de de trucs et astuces. J’ai grossièrement positionné la gloriette, puis éparpillé des ronds de couleurs pour évoquer les fleurs et les feuillages. Quelques traits pour figurer les troncs, le reste n’est que remplissage. Attention toutefois à limiter la gamme chromatique, sinon le tableau perd en lisibilité. La technique n’est pas difficile, mais demande soin et rigueur…

3 réflexions sur “Bohème sous chapiteau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s