Matriarcat

 » -. On a de la chance, regarde ce ciel, c’est pas beau, l’Afrique ?-. C’est fabuleux, ce qui fascine devant ces paysages, c’est à la fois leur splendeur esthétique, l’harmonie des couleurs, cette liberté des animaux…-

Sur le chemin du retour, ils rencontrèrent trois familles d’éléphants. Groupés à l’ombre d’un eucalyptus géant, les tembos se reposaient. -. C’est curieux, on voit rarement des mâles...-. Dans la société éléphantine, c’est le matriarcat. Les messieurs dorment à part. Lorsqu’une dame est en chaleur, par la magie des oestrogènes et des ultrasons, tous les mâles du département arrivent au galop. D’habitude, ils sont deux ou trois, mais on a observé jusqu’à quatorze colosses en rut, se bousculant dans un concert assourdissant pour couvrir une pucelle aux ivoires à peine formés. Alors là, c’est le super spectacle à filmer ! Bagarres et poursuites n’en finissent plus. De loin, on peut entendre résonner le poids des titans et le choc des ivoires. Il faut rappeler qu’au bout du compte, bien qu’ils soient extrêmement excités, les jeunes mâles ne touchent pas une bille. Ce sont les quarante à soixante ans qui fécondent les femelles. Priorité aux anciens ! » Christian Zuber (Le Roi des éléphants)

Lucie, 7 ans, « L’Eléphante Rose »

2 réflexions sur “Matriarcat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s